Méthodologie de l’explication de texte

L’explication de texte : méthodologie

Phrase d’introduction au troisième sujet : « la connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question. »

L’explication de texte est une dissertation. Elle doit donc obéir aux règles formelles, qui régissent ce type d’exercice. Comme toute dissertation, le commentaire philosophique doit comprendre une introduction, un développement et une conclusion. Entre chaque grande étape, on saute une et une seule ligne. Il n’y a pas de paragraphes flottant entre deux parties. Les transitions appartiennent à l’une ou l’autre partie.

La spécificité de l’explication de texte philosophique par rapport au français

On ne vous demande pas de commenter la forme du texte, en philosophie on ne s’intéresse qu’aux idées de l’auteur du texte. Expliquer un texte, c’est déterminer l’idée principale et les arguments de l’auteur ainsi que leur valeur de vérité (autrement dit, ce  que l’auteur nous apprend de la réalité et si ce qu’il dit est vrai) . Le devoir de philosophie porte, en effet, sur le vécu humain.

Dans le devoir de philosophie, on s’engage à chercher la vérité. Il ne s’agit donc pas de présenter différents points de vue possibles sur la question, mais un point de vue, qui est le vôtre, mais que vous pensez être vrai (évitez la « minoration de vos propos » par des « selon moi », « d’après moi », etc.). En philosophie, on s’engage : on propose à l’autre son point de vue comme porteur de vérité.

On évite les références au texte à partir des lignes.

L’introduction de l’explication de texte :

L’introduction sert bien évidemment à introduire un texte, à présenter un auteur, sa thèse dans le texte, et la discussion que vous allez engager avec lui.

On part la question à laquelle le texte répond, car tout texte philosophique est soit la réponse à une question, soit un approfondissement du questionnement.

Ensuite, on énonce la thèse de l’auteur (ou on annonce qu’il s’enfonce dans le questionnement), puis l’ensemble du texte son argumentation. Vous énoncez clairement les différentes étapes de cette argumentation (c’est le plan du texte).

La dernière étape de l’introduction consiste à requestionner la thèse de l’auteur, à montrer en quoi celle-ci suscite un nouveau questionnement. 

Donc pour résumer, l’introduction obéit à ce plan :

  • À quelle question répond le texte ?
  • Réponse de l’auteur (la thèse)
  • Arguments
  • Eventuellement : une reproblématisation de la thèse (ses limites présentées sous forme interrogatives)

 

Le développement :

Le développement comporte au minimum deux et au maximum trois parties. Dans un premier temps, il s’agit d’expliquer et de discuter la thèse de l’auteur.

Première partie (ou les deux premières parties): étude du texte : il faut partir du texte, le citer entre guillemets (les citations sont courtes et complètes, pas de coupure), à y revenir aussi souvent que nécessaire, en suivant, sauf exception, le texte dans son déroulement, en étudiant les arguments les uns après les autres. (Ce conseil n’est pas rigide cependant. Il arrive que deux idées très proches soient éloignées dans le texte, il faut alors en montrer la proximité).

Expliquer c’est dire ce que le texte ne dit pas. C’est dire le non-dit du texte, ce qu’il sous-entend: ce qui est en deçà d’un texte, et ce qui est au-delà de lui.

* L’« en deçà » du texte est constitué de tout ce qui précède historiquement et logiquement le texte, pour qu’il soit compréhensible. Expliquer un texte est dire, dans ce cas, tous les implicites sur lesquels il est construit, y compris la logique du texte.

Expliquer c’est, aussi souvent, en philosophie, faire une analyse des notions du texte. Pour bien comprendre ce que veut dire un auteur, et la portée de ses propos, il faut souvent prendre le temps d’analyser le sens de telle notion importante en philosophie (souvent les notions du programme de terminale, mais pas seulement).

Expliquer c’est enfin restituer toutes les techniques intellectuelles ou pédagogiques d’un auteur. La liaison logique des arguments entre eux, les images et métaphores, et les exemples doivent être présentés, et justifiés par rapport à la thèse générale de l’auteur, en montrant ce qu’ils apportent.

L’évolution du texte est à restituer.

Dernière partie : discussion des positions de l’auteur : l’au-delà du texte : C’est le moment où le texte étant expliqué, la position de l’auteur exposée, ses arguments clairement analysés, il s’agit de prendre du recul par rapport au texte. Cela se fait de trois manières.

- D’une part, il faut étudier ce que l’on va appeler « l’au-delà » du texte, et qui consiste dans tout ce qui découle logiquement des prises de position de l’auteur, et donc dans l’étude de leurs conséquences. Certaines peuvent être à condamner, à rejeter, etc. C’est ce qu’on appelle l’enjeu ou les enjeux du texte. Ceux-ci répondent à la question : pourquoi, pour qui, au nom de quoi, au nom de qui la position de l’auteur est-elle importante.

- Dans l’au-delà du texte, il y a l’évolution historique qui peut aller dans le sens du texte ou dans un sens contraire.

- D’autre part, il vous faut étudier les limites des positions de l’auteur. Aucune philosophie ne peut avoir une réponse absolue à une question, quelle qu’elle soit, car alors ce ne serait plus de la philosophie, mais de la science. Il vous faut donc nuancer la position de l’auteur, et parfois même la critiquer, la rejeter, etc..

- Comme vous ne pouvez le faire qu’en présentant une autre manière de voir les choses, et de répondre à la question philosophique qui a suscité la thèse de l’auteur, vous êtes amenés, dans cette partie, à construire votre réponse, à donner votre vision des choses, mais souvent aussi en vous appuyant sur d’autres philosophies, d’autres points de vue, d’autres réponses, que vous aurez rencontrés au cours de vos lectures philosophiques, et dans les séminaires.

Il peut arriver, c’est même souvent le cas, que la position de l’auteur soit aussi la vôtre. Dans ce cas, cette partie discussion partira des thèses qui ne sont pas les vôtres ni celles de l’auteur, mais pour en montrer les erreurs, et pourquoi au bout du compte la thèse de l’auteur est finalement la seule valable.

Conclusion : résumé

Il s’agit de rappeler au lecteur toutes les étapes essentielles du devoir.

Coeurnoir666 |
Misssimplylife |
Parolesd-eleves |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ironscrap
| Starseeds
| Le bruit du soir